Kinshasa, 11/09/2009 / Politique

En séjour privé au Rwanda, Baudouin Dunia Baharanyi député national/Mlc a été arrêté à Gisenyi et détenu actuellement dans une prison de Kigali à la suite d’un mandat d’arrêt d’un procureur rwandais pour abus de confiance.

A la veillé parlementaire annoncée pour ce mardi 15 septembre 2009, un élu du peuple risque de manquer à l’appel au Palais du Peuple. Il s’agit de Baudouin Dunia Baharanyi, dé­puté national élu du territoire de Masisi, dans la province du Nord-Kivu et membre du Groupe parlemen­taire du MLC (Mou­vement de Libération du Congo).

Selon des informations parvenues au Phare, cet « honorable » se trouve aux arrêts et placé en détention préventive dans une prison de la capitale du Rwanda, Kigali. Il a fait l’objet d’un mandat d’arrêt délivré contre lui par un Procureur rwan­dais et appréhendé à partir de Gisenyi, où il était en séjour privé.

A en croire les pre­miers éléments du dossier, Baudouin Dunia est pour­suivi du chef d’abus de confiance, pour n’avoir par remboursé, dans les délais convenus, un crédit obtenu de la Banque de Com­merce, Développement et Investissement (BCDI) du Rwanda, lequel s’élève­rait à plusieurs millions de dollars américains. Tous les efforts déployés par Le Phare pour obtenir un chif­fre précis ont été vains.

Entre autres élé­ments d’information parve­nus au quotidien de l’ave­nue Lukusa, il y a ceux faisant état de l’utilisation, par le député incriminé, des fonds décaissés par la BCDI dans l’achat et la mise en valeur des fermes dans les territoires de Ma­sisi, au Nord-Kivu, et de Kalehe, au Sud-Kivu.

L’autre précision parvenue au Phare est que la justice rwandaise a décidé de se saisir de Baudouin Dunia Bahara­nyi pour deux raisons: 1°) c’est un citoyen rwandais,  2°) ses mouvements in­contrôlés entre le Rwanda et la République Démocra­tique du Congo font crain­dre sa fuite. Aussi a-t-on décidé de le maintenir en prison jusqu’à l’ouverture de son procès.

Il convient de si­gnaler que le patron de Banque de commerce, de Développement et d’in­vestissement du Rwanda, considéré lui aussi comme complice de Baudouin Dunia dans le processus ayant abouti à l’octroi du crédit non remboursé, se trouve lui aussi aux arrêts. L’on se trouve ainsi devant une situation fort délicate où la justice rwan­daise estime avoir arrêté un ressortissant du Rwan­da, coupable du non res­pect de ses engagements financiers vis-à-vis d’une institution financière de son pays. Dans ces conditions, l’immunité parlementaire dont aurait pu se prévaloir ce député national congo­lais est sans effet. D’où son maintien en détention.

La réaction de Thomas Luhaka (MLC)

Approché par le Phare à partir de Goma, dans le Nord-Kivu, où il se trouve en séjour privé, le député national Thomas Luhaka, Secrétaire Exé­cutif du MLC (Mouvement de Libération du Congo), a confirmé l’arrestation de son collègue Baudouin Dunia, membre de son parti et de son groupe parlementaire. Il a tenu à préciser que l’intéressé se trouvait au Rwanda dans le cadre de ses activités privées et qu’il a été arrêté, selon lui, comme citoyen congolais. Il a confirmé aussi l’arrestation du numéro un de la BCDI, toujours en rapport avec le même dos­sier. Thomas Luhaka a fait sa­voir qu’à ce stade, le MLC ne disposait pas encore de données suffisantes sur l’affaire pour entreprendre une intervention pertinen­te. Toutefois, la direction du MLC suit le dossier avec le maximum d’attention.

L’Assemblée Nationale silencieuse

Le Phare a tenté aussi d’obtenir des ren­seignements du côté du Bureau de l’Assemblée Nationale, mais tous les essais d’entrer en contact avec l’un ou l’autre responsable se sont soldés par des échecs. D’où, il est difficile de savoir si la chambre basse du Par­lement est au courant ou non de l’arrestation de son membre au Rwanda.

L’opi­nion congolaise, qui est in­triguée d’apprendre que le député national aux arrêts au pays de Paul Kagame serait un citoyen rwandais, attend impatiemment un éclairage non seulement au sujet de son statut, mais aussi des griefs réel­lement mis à sa charge.

L’on aimerait connaître la nature de la flagrance des faits mis à charge de Bau­douin Dunia, au point de faire fondre son immunité parlementaire comme nei­ge au soleil. Car, jusqu’à preuve du contraire, c’est un citoyen congolais, élu du peuple par-dessus le marché qui se trouve aux arrêts dans un territoire étranger.

(CV/Milor/GW/Yes)

Kimp./Le Phare