Alain Moloto et son groupe en concert à Bruxelles et Paris : Merci d’être là au moment où la maison du Père se dépeuple

Kinshasa, 15/06/2009 / Musique

Le groupe GAEL est exemplaire dans son fonctionnement avec ce point d’équilibre essentiel qu’il a su trouver en conservant le format classique des chœurs qu’il a enrichi avec l’épanouissement des individualités qui s’effacent derrière la renommée et l’aura du groupe.

Le chanteur congolais Alain Moloto et son groupe GAEL (Groupe Adorons l’Éternel) entament, les 20 et 27 juin prochains, une tournée internationale par Bruxelles et Paris. Comment ne pas y voir un plan de Dieu (une façon de parler, ne m’accusez pas de prosélytisme) en ce moment où la Maison de l’Éternel est en train de se dépeupler avec des départs fracassants ? Nana Lukezo ne chantera plus jamais dans les églises de Bruxelles et va s’investir aussi dans les variétés (rumba et ndombolo), Djonolo l’auteur du mémorable Mansanga vient de tourner la page de la musique religieuse, JP Buse va combiner musique chretienne et celle dite engagée (http://www.frerejpbuse.afrikblog.com).

En ce moment où tout semble foutre le camp, le peuple de Dieu lui, par contre, est-il toujours là ? En fonction de l’affluence à ces deux concerts d’Alain Moloto et le groupe GAEL, l’on saura alors si c’est la musique religieuse qui est en grave perte d’audience ou si ce sont seulement certains chanteurs qui souffrent du désamour d’un public saturé ou désabusé. Tout porte, cependant, à croire que les chrétiens de Bruxelles et Paris répondront présent : Alain Moloto passe pour le meilleur auteur de la musique chrétienne congolaise actuelle, des talents très prometteurs se révèlent sous sa direction comme Nadège dont la maturation s’accompagne d’une réelle fascination qu’elle exerce au-delà de cercles ghettoïsant de chrétiens congolais…

Le groupe GAEL est exemplaire dans son fonctionnement avec ce point d’équilibre essentiel qu’il a su trouver en conservant le format classique des chœurs qu’il a enrichi avec l’épanouissement des individualités qui s’effacent derrière la renommée et l’aura du groupe. Et pourtant, Alain Moloto avec son charisme, son savoir-faire ; Nadège avec sa voix, son physique qui est un véritable don de Dieu, et bien d’autres auraient pourtant pu se laisser tenter par le vedettariat. Ils sont restés sagement à leur place et dans leur rôle, en harmonie avec le message qu’ils portent et qu’ils diffusent. Dieu, s’il existe, leur en vaudra, comme sans doute les mélomanes, lors des deux prochains concerts.

(BT/PKF)

Botowamungu Kalome/AEM/MMC



Last edited: 15/06/2009 12:36:06

Related Articles

Musique , 15/06/2009 Jpson Butukondolo veut réussir à travers son "Diagnostic"

Musique , 15/06/2009 Quartier Latin : Bibicia s’en va, Gesac et Hono Kapanga hésitent encore

Musique , 15/06/2009 Bcbg : JB Mpiana décide de nouvelles suspensions

Musique , 12/06/2009 Mbila Bel fait une mise au point sur sa carrière chez Abeti

Musique , 12/06/2009 Vie des orchestres : Zaïko Langa Langa triomphe d’une sono défectueuse à Matadi

Musique , 12/06/2009 Au jour J - 13 de la sortie de son album, Barbara Kanam attendue à Kinshasa pour 3 concerts

Musique , 12/06/2009 Musique chrétienne : Miryiam Mbewa sur le marché du disque avec « Tu m’as appelé »

Musique , 10/06/2009 Alain Mpela et Bouro Mpela poursuivent leur séjour aux Usa

Musique , 10/06/2009 Un carton en perspective avec le duo Tshala Muana - Meje 30

Musique , 10/06/2009 Musique chrétienne : Leya Ndaya se prépare à lancer « Yesu mobateli na ngai »

Avenue Kabasele Tshiamala No 21 (Ex. Avenue Flambeau No 4)
Kinshasa/Gombe, RD Congo
E-mail: lettres@digitalcongo.net, relapub@digitalcongo.net
Tel.: +2438941010; Fax.:+1 801 665 1067